Carnets de Chine 2. La famille chinoise

Carnets de Chine 2. La famille chinoise
Carnets de Chine 2. La famille chinoise
Carnets de Chine 2. La famille chinoise

De 1970 à 2015, les Chinois ont été soumis à la politique de l'enfant unique, des mesures terrible destinées à résorber la surpopulation qui ont mené à bien des dérives et des drames. Aujourd'hui, ils ont droit à un deuxième enfant et les petits sont rois. ON a souvent croisé des familles où le petit dernier, garçon ou fille était traité comme un prince. A Shanghai, on se souvient de cette mère chargée de lourds paquets qui avait laissé la seule place assise libre à sa fillette dans le métro... Il fut un temps où les Chinois faisaient des pieds et des mains pour avoir un garçon, du coup, aujourd'hui, le pays manque de femmes et certains hommes iraient acheter leur épouse au Vietnam pour quelque milliers d'euros selon un de nos guides... Selon un autre (car nous changeons de guide à chaque ville. A chaque fois, c'est la surprise: homme ou femme, jeune ou vieux, compétent ou pas?) dans les campagnes, les Chinois veulent avoir un fils car il les aidera aux champs et reprendra la ferme. Mais c'est aussi lui qui doit financer le mariage, c'est pourquoi certains paysans se ruinent après avoir uni leur fils... En ville, au contraire, ce sont les filles qui sont recherchées, pour éviter de payer les noces... A Xi'an, une de nos guides, formidable, nous racontera que certains petits métiers se sont créés pour aider les familles à s'occuper des enfants. A la sortie des écoles, elle nous montre des personnes surnommés les "petites tables", qui viennent chercher des enfants à midi pour les faire déjeuner en groupe chez elles puis leur faire faire la sieste avant de les ramener à l'école l'après-midi. Des sortes d'assistantes "pause déj" en somme, qui mettent du beurre dans les épinards avec ce petit job en plus. Pendant notre étape à Shanghai, lorsque l'une de nous évoque son frère, nous remarquons l'intérêt de notre jeune guide, la trentaine, et son regard un peu triste lorsqu'il répète "votre frère..." Pensez que tous les Chinois adultes que nous aurons croisé pendant notre périple n'ont ni frère ni soeur. Pour nous Occidentaux, pour qui avoir autant d'enfant que l'on veut est une liberté naturelle et fondamentale, qui ne se discute pas, cette loi  est d'autant plus absurde, cruelle et surréaliste...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog