3 Bonnes raisons d'aller voir la pièce "Transmission"

3 Bonnes raisons d'aller voir la pièce "Transmission"
3 Bonnes raisons d'aller voir la pièce "Transmission"
3 Bonnes raisons d'aller voir la pièce "Transmission"
3 Bonnes raisons d'aller voir la pièce "Transmission"

1) C'est une comédie !

Si vous pensez que le thème de cette pièce écrite par le dramaturge anglais Bill C Davis peut être abrupt ou rébarbatif, vous avez tout faux ! Dès les premières minutes de "Transmission", on s'amuse, on rit lorsque Francis Huster alias le père Tim Farley débute son sermon tel un animateur télé qui s'écoute déclamer et cabotine devant son public. Quand il s'interroge sur le thème "faut-il mâcher l'hostie ou le laisser fondre sur la langue?", les choses sont claires. Nous sommes bien dans une comédie et pendant une heure et demie, cet affrontement entre deux visions de la prêtrise, deux visions de la vie, du monde, l'ancien et le nouveau, va pétiller d'esprit, d'intelligence et d'humanité. Farley, après des années de bons et loyaux services s'est mis en pilotage automatique. Il carbure au whisky et aux rires de ses paroissiens. Il surveille l'audimat : la quête le renseigne et le récompense sur la qualité de son sermon. S'il y a peu d'argent, c'est qu'il a raté sa prêche. Et il donne à tous ce qu'ils veulent entendre, sans trop se poser de question. Quand le jeune Mark Dolson déboule dans son église et l'interpelle en lui demandant pourquoi les femmes ne pourraient pas être prêtres, il est d'abord amusé, goguenard. Ce jeune séminariste plein de fougue, de passion, veut bousculer les choses, dépoussiérer l'Eglise, la confronter à ses contradictions. Pourquoi le célibat des prêtres est-il aussi important, l'Eglise est-elle homophobe? Autant de questions essentielles que Farley élude soigneusement. Mais face à Dolson, il va peu à peu se remettre en question et finir par mettre de l'eau dans son whisky...

2) Valentin de Carbonnières !!!

Molière de la révélation Masculine en 2019 pour "7 morts sur ordonnance", cet acteur est une vraie claque! Il débarque dans la pièce par la salle et immédiatement, il vous secoue, vous captive par sa présence, son charisme. Il y a chez ce jeune acteur aux faux airs de Tahar Rahim quelque chose de sensuel, d'animal, une force vibrante. Tour à tour ténébreux, drôle, émouvant, il incarne le titre même de la pièce et Francis Huster, magistral, lui passe brillamment et généreusement le flambeau. Retenez bien son nom, on n'a pas fini d'entendre parler de lui et il est à lui seul une énorme raison d'aller voir la pièce !

3) C'est d'actualité !

Ecrite en 1980, la pièce avait valu plusieurs récompense à l'acteur Jack Lemmon. C'est Jean Piat, monument du théâtre aujourd'hui disparu qui va la traduire sous le titre de "L'affrontement" et Francis Huster et Davy Sardou qui interprètent les deux protagonistes en 2013, déjà dans une mise en scène de Steve Suissa. Sept ans plus tard, elle est encore brulante d'actualité ! Jamais l'Eglise n'a été aussi controversée. L'affaire Preynat, les silences assourdissants du Cardinal Barbarin. Le rôle du pape dans l'accueil des migrants. La position de l'Eglise sur l'homosexualité, le célibat des prêtres, les femmes... Toutes les questions que pose la pièce sont passionnantes mais "Transmission" n'est pas seulement une pièce sur la foi ou les prêtres, c'est avant tout une réflexion sur le sens de la vie et les concessions que nous sommes tous prêts à faire ou pas selon nos convictions.

 

"Transmission" jusqu'au 31 Mai au Théâtre Hébertot, 78 bis Boulevard des Batignolles, Paris 17ème. Dès 18€. 10€ pour les moins de 26 ans.

Réservation : 01 43 87 23 23

 

Photos Laurencine Lot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog