3 Bonnes raisons de regarder "Alice et le maire"

3 Bonnes raisons de regarder "Alice et le maire"3 Bonnes raisons de regarder "Alice et le maire"

Alice Heiman, une jeune normalienne philosophe est engagée à la Mairie de Lyon mais à peine arrivée, on lui annonce que son poste a été supprimé. Pas de panique, on l'affecte illico à un nouveau travail : trouver des idées et réaliser des notes pour Pierre Théraneau, l'édile de la métropole qui, après trente ans de politique se sent à sec, en panne d'inspiration, de carburant. Le maire s'en ouvre à la jeune femme dès leur première rencontre et, très vite, il s'entiche d'elle au point de lui confier de plus en plus de missions d'importance, au grand dam de ses collaborateurs, furieux de se voir évincés par la petite nouvelle aux idées si brillantes. Au contact d'Alice, Théraneau va retrouver un second souffle...

3 Bonnes raisons de regarder "Alice et le marie" de Nicolas Pariser avec Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier :

1) Pour Anaïs Demoustier

Face à un acteur culte, Fabrice Luchini, à la présence écrasante, la trentenaire impose son charisme et prend toute la lumière. Elle ne se laisse jamais éclipser par le talent énorme de son partenaire et c'est elle la vraie star du film. Tour à tour lumineuse, brillante, touchante, l'actrice de 32 ans est passionnante à regarder et l'on suit toutes ses joutes verbales avec autant d'intérêt qu'un thriller ! Elle a décroché le César de la meilleur actrice pour le rôle d'Alice Heiman et ce n'est pas un hasard, elle joue ce qu'il y a de plus difficile au cinéma, une femme qui pense. En vingt ans et une trentaine de films, la jeune actrice n'a cessé d'affiner son jeu, subtil et très réaliste de "L'enfance du mal" à "Gloria Mundi" de Robert Guédigian dont elle est devenue une des actrices fétiches en passant par le formidable "A trois on y va!" ou le désopilant "Au poste!" qui prouvait sa puissance comique.

2) Pour Fabrice Luchini

Il est au cinéma français ce que le stradivarius est à la musique classique. Lui qu'on accuse parfois de cabotiner ou d'en faire trop est ici dans un registre minimaliste, toujours juste et d'une délicatesse émouvante.

3) Jamais le monde politique n'a été filmé comme ça

Après "Le grand jeu" qui abordait déjà le monde politique, Nicolas Pariser s'intéresse aux doutes d'un maire à bout de souffle qui s'interroge sur l'intérêt de son engagement. Brillamment dialogué, filmé comme une chorégraphie, jamais caricatural, "Alice et le maire" est une fable politique qui utilise parfois les codes de la comédie romantique. Entre le vétéran de la politique et la jeune normalienne, c'est un jeu de séduction autant qu'un face à face intellectuel qui s'instaure et alors qu'on croit savoir où le film nous entraine, on est constamment surpris par le scénario, impeccable. Inutile d'être sorti de l'ENA pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui se trame dans les coulisses du pouvoir. Le film est aussi et surtout une réflexion sur la vanité du pouvoir et sur la difficulté à mettre en pratique une idéologie.

 

DVD "Alice et le maire", M6 Vidéo, 14,99€

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog