Le DVD de la semaine : "Filles de joie"

Le DVD de la semaine : "Filles de joie"
Le DVD de la semaine : "Filles de joie"

Le pitch : Axelle, Dominique et Conso sont trois amies qui vivent dans la même cité de banlieue dans le Nord. Elles sont amies et partent tous les matins dans la voiture de Dominique, la plus âgée, pour une destination mystérieuse. Passée la frontière belge, elles atterrissent dans une maison bourgeoise où on les retrouve affublées de tenues légères et de pseudo de déesses grecques... C'est là qu'elles gagnent leur vie, en se soumettant au bon plaisir des clients...

Ce que j'en pense : La prostitution a toujours fasciné les réalisateurs et donné quelques bons films, forcément dérangeants, de "La dérobade" avec Miou-Miou dans les années 70 au superbe "L'Apollonide" de Bertrand Bonello en 2011.  Quand Frédéric Fonteyne s'empare du sujet, c'est pour raconter des trajectoires humaines mais avec un regard politique. Dans la bande annonce d'ailleurs, il envoie clairement un message à Macron : "Il ne suffit pas toujours de traverser la rue pour s'en sortir".  Et son film nous dévoile une réalité qu'on n'avait pas envie de connaitre, celle de ces femmes qui arrondissent leurs fins de mois en vendant leurs corps. L'une est infirmière avec un salaire insuffisant pour satisfaire ses deux enfants toujours en demande, l'autre est au RSA en charge d'une mère parasite et de trois enfants en bas âge et, harcelée par un ex violent, la plus jeune enfin se croit amoureuse d'un de ses clients... Ces prostituées n'ont pas de mac, ne sont pas esclaves d'un réseau, elles ont choisi de se prostituer et bossent à leur rythme dans un bordel tenu par une quadra bon enfant mais c'est tout aussi triste. Elles mènent une double vie à l'insu de leur enfants ou de leurs voisins, sont méprisées par ceux qu'elles nourrissent ou par des fonctionnaires de Pôle Emploi qui trouvent qu'elles devraient accepter de bosser en Ehpad. Le réalisateur dont j'avais adoré "Une liaison pornographique" en 1999, un film extraordinaire avec Nathalie Baye et Sergi Lopez, puis "La femme de Gilles", tout aussi émotionnellement puissant, ne juge pas ses trois protagonistes. Il raconte leur quotidien glauque avec réalisme sans chercher le pathos ou les effets de mise en scène glamour. Surtout, il capture des éclats lumineux, la solidarité entre putes, la sororité, la joie de vivre même de ces femmes fortes qui ont choisi leur destin et l'affronte avec courage. 

"Filles de joie" de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich avec Sara Forestier, Noémie Lvovsky et Annabelle Lengronne, DVD M6 Vidéo, 19,99€

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog