Karine Giebel nous donne de ses nouvelles

Karine Giebel nous donne de ses nouvelles

❤C'EST PAS DU CINÉMA❤
A la base, nous ne sommes pas de grandes fans de nouvelles mais ce recueil signé Karine Giebel  a piqué notre curiosité et, disons-le tout net, ce fut un sacré coup de ❤❤❤. Dans ce livre figurent 4 récits inédits qui ont pour point commun des titres empruntés au cinéma. "Le vieux fusil", "L'armée des ombres", "Un monde parfait" et "Au revoir les enfants". Parfois, il existe une résonance entre le film et la nouvelle, une thématique commune, mais la plupart du temps, les deux n'ont rien à voir ensemble. Ces 4 nouvelles ainsi que d'autres déjà publiées ici ou là, ce sont des concentrés du génie de Karine Giebel et de ce qui nous fascine chez elle. Ce style tranchant, acéré comme un scalpel, cette capacité à s'approprier des sujets actuels, brûlants, ces personnages sur le fil du rasoir, qu'on n'oublie pas de si tôt, ces anti héros qui titillent nos peurs primales et nos plus bas instincts. D'elle, on avait adoré "Meurtres pour rédemption" et "Toutes les heures blessent la dernière tue" mais on avait détesté "Ce que tu as fait de moi". Et s'il y a un défaut qu'on reconnait à cette auteure, c'est sa tendance à en faire trop, à jouer la surenchère et tirer en longueur. Rien de tout ça ici puisque le format de la nouvelle l'a obligé à se concentrer sur l'essentiel. Du coup, son talent est réduit à sa simple expression poru le meilleur et pour le formidable.

Parlons de cette nouvelle qui nous a bouleversées, qui nous a fait chialer toutes les larmes de notre corps, "Au revoir les enfants" (le film de Louis Malle sorti en 1987 racontait comment, sous l'Occupation, un instituteur tentait de soustraire les enfants juifs de son école à la déportation). Ici, Karine Giebel raconte la vie dans un EHPAD en pleine crise du covid-19. Son héroïne, nonagénaire, a survécu à la Shoah, c'est le point commun avec le film. Mais cette fois, la résiliente va affronter le pire... Attention, c'est violent, insoutenable, ça va vous arracher les tripes, vous donner la rage, vous remuer au plus profond ! L'auteure y parle sans concession du traitement que nos sociétés occidentales réservent à leurs seniors, à leurs morts, mais aussi de la gestion de la crise par le gouvernement. Et ses mots tombent juste. C'est fort, c'est puissant, elle exprime avec une acuité extraordinaire notre impuissance face à ce virus et aux décisions ignobles que peuvent prendre les humains pour survivre. Et cette fin, cette chute, terrible ! On ne pensait pas être un jour aussi bouleversées par une nouvelle... En un mot, on a été terrassées !

Ne passez pas à côté de ce recueil plein d'humanité  et d'émotion! Quel est votre Karine Giebel préféré ?

Tous les romans de Karine Giebel sont publiés aux éditions Belfond et en poche aux éditions Pocket.

"Chambres noires", de Karine Giebel, Belfond, 18€

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog