Quelles BD pour buller cet été ?

Quelles BD pour buller cet été ?Quelles BD pour buller cet été ?

L'été, les vacances, c'est le moment idéal pour coincer la bulle et s'adonner aux bandes dessinées entre une baignade et un apéro! Je vous propose une sélection de lectures pour tous les goûts, des BD pour se divertir ou pour réfléchir, pour les petits ou les grands enfants, pour s'évader ou rêver.

 

Pour retrouver son âme d'enfant

"Titeuf, la grande aventure", de Zep, éditions Glénat, 10,90€

Dix-septième aventure pour le héros des kids, le Riquet à la Houppe des cours de récré ! Une fois n'est pas coutume, c'est un récit complet que nous propose son créateur Zep. Titeuf et son meilleur pote Manu partent en colo, en classe verte et cette histoire fait diablement penser au film" Nos jours heureux" avec Jean-Paul Route et Omar Sy. Il y a le moniteur piercé de partout,  la monitrice écolo, le copain qui pue des pieds sous la tente, celui qui pète à tout bout de champ, celui qui fait son crâneur... Et puis forcément, Titeuf tombe fou d'amour... Il y a des trouvailles, de la poésie, des gags hilarants. Qu'on ait 7 ou 77 ans, on adorera cette BD rafraichissante qui fait du bien !

 

Pour s'indigner

"Claude Gueux" de Séverine Lambour et Benoit Springer, éditions Delcourt, 15,95€

En 1830, Claude Gueux, un menuisier en mal de client n'arrive plus à nourrir sa famille. Devant la détresse de sa fille qui crie famine et crève de froid, il vole une miche de pain et deux morceaux de bois. Quand la maréchaussée se présente chez lui, il n'oppose aucune résistance et est enfermé au bagne. Le directeur le prend aussitôt en grippe et va jusqu'à le séparer d'un codétenu avec lequel il s'était lié d'amitié. Epuisé par les corvées, les mauvaises conditions de vie, avec à peine de quoi ne pas mourir de faim, Claude Gueux se rebelle et finit par tuer le directeur. Il finira guillotiné... Adapté d'un roman de Victor Hugo, ce réquisitoire contre la prison et contre la peine de mort, est un récit dur et sans concession mais porté par les dessins magnifiques de Benoit Springer, des couleurs entre gris clair et gris foncé, des cadrages intelligents et des visages pleins d'humanité et de détresse. Un album magnifique à lire absolument.

 

Pour réfléchir

"Vague d'amour", de François Bavard, éditions Glénat, 15€

Ce n'est pas une bande dessinée mais plutôt un recueil de dessins, un magnifique album d'aquarelles poétiques ou humoristiques sur la Bretagne. François Ravard pose un regard amusé sur les choses et trouve toujours le point de vue décalé qu'il faut. Il épingle les vacanciers, s'émeut du temps qui passe, d'un couple d'amoureux, de la beauté d'un coucher de soleil sur la mer ou des pas qui s'enfoncent dans le sable à marée basse... Ce livre est une bouffé d'iode qui donne envie de prendre le large, un bonheur !

 

Pour s'évader

"Le songe du corbeau" de Alberto M.C et de l'Atelier Senzo, éditions Delcourt, 18,96€

Un homme qui reçoit une mystérieuse lettre sans expéditeur avec un corbeau en origami à l'intérieur, un petit garçon trouvé inanimé dans la neige, une maison isolée habitée par des enfants livrés à eux-même et accompagnés d'animaux, des disparitions d'enfants... L'intrigue de cette bande dessinée est alambiquée et oscille entre passé et présent, onirisme et réalité, thriller et chronique sociale. Il faut se laisser porter par l'atmosphère, énigmatique, et par les dessins japonisants, les aquarelles éthérées, d'une incroyable légèreté. Ce roman graphique ne ressemble à aucun autre et vous envoutera !

 

Pour se souvenir de son adolescence

"La plus belle couleur du monde" de Golo Zhao, éditions Glénat, 29€

Rucheng est un jeune Chinois de 14 ans passionné de dessin. Il est attiré par la pétillante Yun qui partage le même cursus que lui et intriguée par Nana, la plus jolie fille du lycée. Rucheng a deux amis, ils se font régulièrement rackettés par un jeune caïd et ils envient Wen Jun et ses amis riches qui possèdent tous les derniers gadgets importés du Japon.... Ce manga est un pavé de 580 pages sur les amours adolescentes, la nostalgie, la solitude, la camaraderie. C'est aussi une chronique sociale de la Chien des années 90 et une belle déclaration d'amour au dessin et à l'art. Le trait est délicat, les couleurs, superbes, d'une grâce infinie. Même si elle se passe en Chine, on peut tous se reconnaitre dans cette histoire universelle dans laquelle les élèves écoutent leur Walkman ou jouent à la Game Boy.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog