La BD de la semaine : Le bourdonnement d'un moustique

La BD de la semaine : Le bourdonnement d'un moustique

L'adoption est un sujet maintes fois traité, avec son lot de lieux communs ou de banalités, de pathos et de sentimentalisme. Sauf qu'ici, il s'agit d'un roman graphique et surtout, il s'agit d'une histoire autobiographique. Andrea Ferraris, auteur de BD génois quinqua, y raconte sa propre aventure, et quelle aventure humaine ! Il y a une vingtaine d'années, lui et sa femme, après avoir découvert leur stérilité, décident d'adopter. D'inviter dans leur foyer un enfant venu d'ailleurs. 

Commence alors le parcours du combattant. D'abord les questionnements, les doutes, les papiers à remplir, les interrogatoires auxquels on doit se soumettre dans ces cas-là et ensuite l'attente, insupportable. Le découragement, souvent, l'espoir, toujours. L'amour surtout. Qui leur permet de tenir et de surmonter tous les problèmes, petits et grands. Il leur faudra plusieurs années avant que les services sociaux italiens leur attribuent un pays d'origine pour l'enfant : l'Inde.

Puis l'attente encore. Ferraris raconte par le menu par quoi ils vont devoir passer et comment ils vont faire LA rencontre de leur vie. Ce qui est beau et touchant dans ce roman graphique, c'est la simplicité du récit, les petites touches d'humour, les petits détails qui semblent insignifiants mais qui disent tout. La première photo de Sarvari, 4 ans, les premiers pas en Inde, à Bombay, la découverte d'un autre pays et ses étrangetés, la barrière de la langue. Ferraris ne cherche pas à nous attendrir en arrangeant les choses ou en les scénarisant pour faire joli, il décrit tout sans tabou : la petite qui se renferme sur elle-même, l'impossibilité de l'apprivoiser pendant longtemps, le choc des cultures, les douleurs de la fillette, le deuil de ses amis, de son pays, et la souffrance de ses nouveaux parents, impuissants. Dans un film américain, on aurait un déclic, un sauveur, et Sarvari tomberait sous le charme d'Andrea et de sa femme Daniela en deux coups de cuillère à pot ! Pas ici où on est dans le réalisme pur et dur. Le processus est lent, fastidieux. Sarvari ne comprend rien à ce que disent Andrea et son épouse, leur langue lui évoque le bourdonnement d'un moustique... Et puis peu à peu, la fillette va se laisser faire et apprendre à aimer son nouveau foyer, dans la douceur, et la lenteur, pas à pas...

Ce roman graphique est un énorme cri d'amour et une vraie pépite ! Un petit bijou de délicatesse et d'émotion à lire d'urgence !

"Le bourdonnement d'un moustique" d'Andrea Ferraris, Editions Delcourt/Mirages, 18,95€

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog